Limiter les vols intérieurs en France pourrait bientôt devenir une mesure écologique

Limiter les vols intérieurs en France : une décision efficace ?

17346

Limiter les vols intérieurs en France : les écologistes peu convaincus

 

Depuis juin dernier, Emmanuel Macron et certains membres du Gouvernement souhaitent limiter les vols intérieurs en France. Notamment François Ruffin, le député de La France Insoumise. Ce choix servirait à remplacer ces vols par des voyages en train. Ce qui inquiète beaucoup Air France. Car cette mesure devrait bientôt s’appliquer. Au nom de la lutte contre le réchauffement climatique. Cependant, certains écologistes contestent son efficacité. Très limitée selon eux.

 

Un changement de cap imminent

Limiter les vols intérieurs en France est une mesure qui n'enthousiasme pas les écologistes.

Limiter les vols intérieurs en France est une mesure qui n’enthousiasme pas les écologistes.

Désormais, sous l’impulsion de la Convention Citoyenne pour le Climat, l’exécutif semble vraiment vouloir limiter les vols intérieurs en France. En les remplaçant, lorsque c’est possible, par des trajets faits en TGV. Un net changement de cap. Au profit du secteur ferroviaire. Clairement défendu par le Chef de l’Etat. Bientôt, cette mesure pourrait donc s’appliquer. Dès qu’il sera possible de privilégier le train. Dans une limite de deux heures trente supplémentaires de trajet. En compensation, le Gouvernement pourrait bientôt proposer au secteur aéronautique un nouveau Plan de soutien. En échange d’une forte révision de son champ d’action domestique. Ce qui limiterait beaucoup les vols régionaux. Au bénéfice des voyages en train. Cependant, en conservant les vols internationaux et ultramarins. Evidemment, ce choix inquiète beaucoup Air France. Déjà en grande difficulté à cause de la crise sanitaire.

Des résultats minimes ?

Aujourd’hui, on peut se demander si la décision de limiter les vols intérieurs en France sera efficace. En effet, selon le cadre choisi, son impact environnemental risque d’être faible. Car cette interdiction ne devrait pas s’appliquer aux vols nécessitant une correspondance vers l’étranger. Ni à ceux se rendant en Outremer. Par conséquent, d’après le Réseau Action Climat, ces suppressions ne devraient entraîner que 6,6 % de réduction du carbone. Dû aux vols métropolitains. Et une baisse d’environ 0,5 % des émissions sur la totalité des vols partant de France. Ainsi, l’association spécialisée dans l’analyses des changements climatiques obtient des résultats décevants. Qui révèlent que seulement 5 connexions aériennes intérieures sur 108 seraient touchées par cette mesure.