Des limitations environnementales, réduisant les particules fines, peuvent concerner le chauffage au bois.

Limitations environnementales : alerte aux particules fines !

7222

Limitations environnementales : des mesures restrictives

Touchée par une situation atmosphérique défavorable, l’Ile-de-France doit aujourd’hui se protéger contre une pollution aux particules fines. Ainsi, dès hier, la région a appliqué des limitations environnementales. Notamment, des réductions de vitesse imposées. Ainsi que l’interdiction de se chauffer au bois.

Un air pollué par des particules fines

En ce début d’année, la France doit à nouveau faire face à un épisode préoccupant de pollution. Celui-ci est provoqué par des particules fines. De fait, ce mercredi, une procédure d’alerte a touché six départements du Grand Est. A savoir l’Aube, les Ardennes, le Bas-Rhin, la Marne, la Meurthe-et-Moselle et la Moselle. Ainsi, ATMO France, l’observatoire qui s’occupe de surveiller la qualité de l’air sur le territoire, a confirmé des limitations environnementales. Cependant, dès aujourd’hui, des conditions atmosphériques plus favorables devraient améliorer cette situation polluante. Du moins, dans certains endroits. Néanmoins, cette alerte sera pour l’instant maintenue dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin.

Des conditions atmosphériques défavorables

Récemment, des conditions atmosphériques défavorables, causées par des changements trop brutaux de températures dans certaines parties de la France, ont favorisé l’accumulation des particules PM10. Or, cette accumulation se produit dans les couches basses de l’atmosphère. Concernant l’agglomération de Strasbourg, l’observatoire ATMO a souligné les conséquences aggravantes de l’usage récent des pétards du Nouvel An. De fait, ces derniers ont encore plus dégradé la qualité de l’air. De même, le fait de brûler en extérieur des déchets végétaux aggrave aussi cette pollution ambiante. Par conséquent, aujourd’hui, les préfectures des deux départements alsaciens ont interdit de brûler à l’air libre des végétaux. De plus, l’utilisation du bois en tant que chauffage d’appoint a aussi été proscrite dans ces deux départements. Enfin, la vitesse autorisée sur les routes de cette région a été abaissée de 20 km/heure. 

L’Ile-de-France également touchée

Des limitations environnementales peuvent s'appliquer aux vitesses de circulation.

Des limitations environnementales peuvent s’appliquer aux vitesses de circulation, sur les routes et en ville.

Cet abaissement de 20 km/heure, appliqué à la limitation de vitesse sur les routes, concerne aussi l’Ile-de-France. Ainsi, le maximum actuellement autorisé sur les autoroutes de cette région est de 110 km/heure, au lieu de 130. A cause de limitations environnementales, la Préfecture de Police de Paris a également interdit le chauffage individuel au bois, depuis ce 1er janvier. Or, à ce jour, on estime que 800.000 ménages utilisent ce procédé en Ile-de-France. Globalement, Airparif, l’organisme qui surveille la qualité de l’air de la région, avait prévu pour ce 1er janvier « une concentration en particules fines PM10 comprise entre 55 et 75 μg/m3 ». Alors qu’en théorie, le seuil de recommandation fixé ne devrait pas dépasser 50 μg/m3.

Des mesures de limitation

En réaction, la Préfecture de Police a pris les mesures nécessaires pour abaisser ce seuil enregistré de particules fines. De ce fait, dès 5 h 30, sur les portions de routes habituellement limitées à 130 km/heure, le maximum a été abaissé à 90 km/heure. De même, dès hier, sur les routes limitées à 110 km/heure, la limitation est passée à 90 ou 80 km/heure. Enfin, pour le moment, les poids lourds de plus de 3,5 tonnes doivent obligatoirement contourner cette zone, en passant par la rocade francilienne. L’ensemble de ces limitations environnementales devrait rapidement porter ses fruits.




Laisser un commentaire