tourisme-amerique-du-sud

Quel est le contenu de la formation aux métiers du web ouverte aux femmes à Rennes ?

853

Les nouveaux métiers du web et de l’intelligence artificielle sont devenus très tendance en ce moment. Il suffit de suivre une bonne formation et d’avoir assez de volonté pour exceller dans le secteur choisi afin de se lancer dans une carrière de freelance réussie. Aujourd’hui, beaucoup de personnes de tout âge et de toutes catégories ont décidé de s’adonner à ces emplois modernes en proposant des services majoritairement en ligne.

Cela dit, les femmes représentent toujours moins de 30 % des développeurs web en France, comme partout ailleurs dans le monde, d’où la nécessité de booster cette pratique et d’en faire connaître les valeurs auprès de la gent féminine qui s’avère être très intéressée par les métiers du web.

Les nouveaux métiers du web. Le développement web pour tous !

Dans notre ère numérique, les métiers liés au web et à l’intelligence artificielle connaissent un essor considérable. Chaque jour, de nouvelles opportunités se dessinent, bouleversant la façon dont nous travaillons et interagissons. Alors que le monde se tourne de plus en plus vers le digital, la formation et l’adaptabilité deviennent essentielles.

Les nouveaux métiers du web

Mais derrière ces chiffres prometteurs se cache une réalité moins reluisante. Une disparité demeure, notamment en ce qui concerne la représentation des femmes dans certains domaines techniques. Pourquoi un tel écart persiste-t-il dans des métiers aussi avant-gardistes ?

Bien que l’on ait souvent tendance à penser que les femmes sont moins intéressées par les métiers actuels du web et à tout ce qui peut toucher à l’intelligence artificielle et à la technologie, la vérité est tout autre, car on en trouve beaucoup qui seraient prêtes à tout pour apprendre et pratiquer ce genre de métier.

Pour répondre à ce besoin d’apprentissage à maîtriser le développement web par la gent féminine, une formation gratuite a été lancée à Rennes pendant six semaines et est accessible à tout le monde. Le but de la création de cette école inclusive est d’aller chercher un public entièrement composé de femmes, une catégorie qui est sous-représentée dans le secteur du numérique.

Les nouveaux métiers du web

En suivant cette initiation pré-qualifiante d’un mois et demi, elles pourront découvrir les métiers du web et tout ce qui se rapporte à ce secteur d’activité. Si elles s’y plaisent, elles pourront suivre par la suite les formations plus longues et qualifiantes.

Quel est le contenu de cette formation ?

Lancée et financée par la Région de Rennes et Pôle emploi, cette initiation gratuite de six semaines au développement web consiste à faire découvrir aux candidates les métiers de développeuses web et le domaine de l’intelligence artificielle. Il n’y a pas vraiment d’obligations ou de conditions pour pouvoir s’y inscrire, il suffit de :

  • Avoir plus de dix-huit ans ;
  • être demandeuse d’emploi ;
  • avoir assez de motivation et de curiosité pour le numérique pour pouvoir être sélectionnée.

Les nouveaux métiers du webÀ la fin de la formation, les participantes auront appris à faire un peu de codage informatique et auront même créé un site Internet.

Il est clair que le monde numérique offre d’immenses possibilités, mais il doit encore parcourir un long chemin en matière d’égalité des sexes. Le faible pourcentage de femmes dans les métiers du web souligne un enjeu plus large : celui de l’inclusivité. Les talents féminins ont tant à offrir, et il est crucial de valoriser et de promouvoir leur présence.

Car, au-delà des compétences, c’est la diversité des perspectives qui mène à l’innovation. Dans ce monde en constante évolution, chaque voix, qu’elle soit féminine ou masculine, doit être entendue et valorisée.



Avatar photo

Née le 16 Janvier 1982, Laurence Laporte fait ses études à l'Institut d'études politiques puis au Centre de formation des journalistes (CFJ) à Paris, elle exerce son métier dans divers journaux à gros tirage, puis en, en 2019 elle devient éditorialiste au "Bulletin des Communes" et se consacre entièrement à l'écriture.