bitcoin-environnement

Le bitcoin : une monnaie virtuelle néfaste pour l’environnement

Le bitcoin : une monnaie virtuelle néfaste pour l’environnement

1623

Le bitcoin : un engouement qui coûte cher au niveau écologique.

Très en vogue actuellement, le bitcoin suscite un vif intérêt. Un effet de mode, stimulé par une rentabilité présentée comme exceptionnelle. Cependant, les multiples transactions générées par cette crypto-monnaie sont extrêmement gourmandes en énergies fossiles.bitcoin-environnementEn raison d’un bond qui l’a fait passer en un an de 800 à 14.000 dollars, cette monnaie dématérialisée a atteint un coût énergétique considérable. On estime que le trafic généré par le bitcoin consommerait autant d’électricité qu’un pays de la taille de la Hongrie. Cela représente une quantité d’électricité de 40 TWh par an. D’après les calculs effectués par Alex de Vries, fondateur du site Digiconomist, le bitcoin utilise actuellement plus de 8,5 % de la consommation énergétique française. Si sa consommation se poursuivait à ce rythme, cette monnaie virtuelle pourrait utiliser autant d’électricité que toute la planète d’ici 2020. Une avidité énergétique injustifiée, car cette crypto-monnaie reste à ce jour très peu utilisée dans la vie courante. En France, les boutiques et les sites qui l’acceptent restent rares.



Né à Paris le 12 Décembre 1981, Pierre Baron est un journaliste français. En 1999, à tout juste 19 ans, il débute une carrière de journaliste à News-York sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2005 à 2010. On le voit ensuite sur iTélé, entre 2011 et 2017 date à laquelle il intègre la rédaction du Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique NTIC.