Le dispositif « Oui Pub » : sera-t-il plus efficace que « Stop Pub » ?

2027

Pour réduire la pollution qu’engendrent les distributions excessives de publicités sur support papier, le ministère de la Transition écologique vient de lancer le dispositif « Oui Pub ». Son but est de réduire l’encombrement publicitaire dans les boîtes aux lettres. Pour le tester, quinze communes et collectivités territoriales sont déjà volontaires.

Réduire de gros volumes de déchets

 photo e boîte aux lettres avec le dispositif Oui Pub

A l’avenir, le dispositif « Oui Pub » sera-t-il plus efficace que « Stop Pub » pour réduire les prospectus dans les boîtes aux lettres ?

Remplaçant du fameux programme « Stop Pub », le dispositif « Oui Pub » a pour ambition de réduire les volumes de publicités sous forme de prospectus. Ceux-ci encombrant régulièrement les boîtes aux lettres des particuliers et des entreprises.

Ainsi, cette nouvelle expérimentation, inscrite dans l’article 21 de la loi Climat et Résilience, devrait durer trois ans. En théorie, ce dispositif ne doit plus autoriser la distribution d’imprimés publicitaires, sauf dans les boîtes aux lettres indiquant de façon visible leur acceptation. Par conséquent, les collectivités participant volontairement au dispositif « Oui Pub » n’utiliseront plus l’autocollant « Stop Pub ». Par la suite, les conséquences de ce programme sur les comportements des consommateurs sera évalué. De plus, grâce à lui, les collectivités volontaires devraient pouvoir nettement réduire leurs charges de collectes et de traitements de ces déchets. Pour preuve, en 2019, la distribution de plus de 894.000 tonnes d’imprimés publicitaires sans adresse a eu lieu. Un large volume d’entre eux n’étant même pas lu.

Des résultats à évaluer pour le dispositif « Oui Pub »

Dès le lancement de ce dispositif, des associations écologistes comme Zero Waste France l’ont très favorablement accueilli. Cependant, certaines attendent maintenant de pouvoir évaluer les résultats de cette nouvelle expérimentation « Oui Pub ». Par ailleurs, les villes qui sont désormais volontaires pour suivre ce programme ne seraient pas assez diverses. En ne fournissant pas un pourcentage égal de métropoles et d’agglomérations de petites ou moyennes tailles. Ce qui pourrait s’expliquer par une forme de lobbying qu’exercent les fédérations représentant les commerces ou la grande distribution. Cela, alors que de multiples prospectus continuent d’encombrer de très nombreuses boîtes aux lettres. Tandis que la majorité des opérations promotionnelles est clairement en évidence dans les magasins.



Né à Blois le 22 novembre 1972, Thierry Dulac est un journaliste français. À tout juste 21 ans, il débute une carrière de journaliste à Londres sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2006 à 2009. On le voit ensuite sur iTélé, ancêtre de CNews, entre 2009 et 2011 date à laquelle il intègre le Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique Environnement.