Décarbonation industrielle de la métropole de Lyon : une refonte de la Vallée de la Chimie

2767

Le consortium Lyon Rhône H2V est composé de la métropole lyonnaise et d’une dizaine de partenaires industriels. Cette entité s’est fixée pour objectif la décarbonation industrielle de la métropole de Lyon. Notamment, en développant activement la filière de l’hydrogène vert sur son territoire.

Implanter un nouvel écosystème

Pour atteindre une décarbonation industrielle de la métropole de Lyon, un consortium local travaille à une refonte de la Vallée de la Chimie.

Pour atteindre une décarbonation industrielle de la métropole de Lyon, un consortium local travaille à une refonte de la Vallée de la Chimie.

De façon à soutenir des projets concrets, en phase avec les politiques publiques de transition écologique du Gouvernement, le consortium Lyon Rhône H2V travaille en conformité avec les choix écologiques de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Entre autres, en mettant en place la plateforme Lyon Vallée de la Chimie. A laquelle participent des groupes comme Engie, Air Liquide, GRT Gaz, Total ou CNR. Par son action, ce consortium respecte l’appel à projets Ecosystèmes Territoriaux Hydrogène, lancé par l’ADEME en 2020. Ainsi, ce consortium a pour but de favoriser un nouvel écosystème, engagé sur place dans la décarbonation industrielle. En priorité, en associant les producteurs d’hydrogène vert et ses consommateurs dans la Vallée de la Chimie. Cela, dans le but d’accorder les besoins locaux avec les outils de production existants et à venir.

Décarbonation industrielle de la métropole de Lyon en réduisant drastiquement les émissions de C02

Aujourd’hui, on estime que la plateforme industrielle en place consomme quotidiennement plus de 50 tonnes d’hydrogène conventionnel. Par conséquent, un volume produit à partir de sources fossiles. Ce qui engendre actuellement d’importantes émissions de CO2. Dans le futur, en évoluant vers l’usage d’un hydrogène décarboné, ces émissions pourraient être divisées au moins par quatre. Cependant, avant d’y parvenir, l’installation d’électrolyseurs et d’hydrogénoducs nécessitera de coûteux investissements. Or, ces équipements sont indispensables à une future utilisation d’un hydrogène vert. Conscient de cette nécessité, l’Etat a déjà décidé de soutenir cette filière moins polluante. Notamment, en mettant en place un Plan national de sept milliards d’euros. Un Plan annoncé en septembre dernier. Par ailleurs, pour encore consolider cette aide, la métropole de Lyon s’est dite prête à financer elle-même jusqu’à trois millions d’euros. Cela, afin d’aboutir plus vite à une décarbonation industrielle de sa région.



Thierry Dulac

Né à Blois le 22 novembre 1972, Thierry Dulac est un journaliste français. À tout juste 21 ans, il débute une carrière de journaliste à Londres sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2006 à 2009. On le voit ensuite sur iTélé, ancêtre de CNews, entre 2009 et 2011 date à laquelle il intègre le Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique Environnement.