Le Conseil National du Numérique va devoir se prononcer sur l'application StopCovid

Conseil National du Numérique : un feu vert rapide souhaité

12752

Conseil National du Numérique : une institution sollicitée

 

Le Gouvernement vient de demander au Conseil National du Numérique de se prononcer rapidement sur l’usage futur de l’application de traçage StopCovid. Pour l’instant, celle-ci est en cours de développement. Point important, la Commission consultative n’aura qu’une semaine pour donner ses conclusions sur cet outil possible de tracking.

 

Une conclusion express

Cédric O, secrétaire d’État chargé du Numérique, a donc demandé au Conseil National du Numérique de donner son avis sur une mise en place éventuelle de l’application StopCovid. Cela, afin que son expertise puisse « enrichir les réflexions sur le déploiement de l’application ». Attendue en extrême urgence, cette évaluation de l’instance devrait lui permettre de faire connaître ses divers « points d’attention ». De fait, le Comité pourra ainsi, s’il le juge nécessaire, suggérer « des améliorations possibles ». En clair, Cédric O attend surtout de la Commission qu’elle précise ses « recommandations sur les conditions qui pourraient permettre l’adoption de StopCovid par le plus grand nombre […] ». Entre autres, concernant « la question essentielle de l’inclusion ».

Respecter les données privées

Le feu vert du Comité National du Numérique est attendu en urgence par le Gouvernement.

Le feu vert du Comité National du Numérique est attendu en urgence par le Gouvernement.

Pour obtenir des recommandations fiables, Cédric O a encouragé le Conseil National du Numérique à d’abord consulter tous les « acteurs pertinents de la société civile ». Cela en France, mais aussi à l’étranger. De plus, l’institution pourra également interroger tous les experts reconnus dans le domaine du traçage numérique. En revanche, Cédric O n’a donné qu’une semaine au Conseil pour lui communiquer ses conclusions. Par conséquent, au plus tard le 24 avril. Cela contraindra sans doute l’institution à aller à l’essentiel. Néanmoins, le Conseil National du Numérique a accepté cette contrainte de temps. En raison du « caractère inédit de cette application, sans précédent en France ». En effet, le Comité est conscient des enjeux qu’elle implique. Notamment, de « l’intensité du débat public autour de cette question ». Au centre de ce projet, avant d’envisager la mise en pratique d’un tel outil digital, on trouvera bien sûr le « respect des libertés publiques ».

Des éclairages et des expertises très variés

A ce jour, le Conseil National du Numérique se compose de 34 membres. Très éclectique, cette institution accueille en son sein des personnalités qui viennent aussi bien de la sphère politique que du monde de l’entreprise. Ou encore des milieux du droit ou du monde universitaire. Ainsi, sans être nécessairement des experts du traçage numérique ou de l’épidémiologie, ces membres pourront faire en sorte d’ajuster leur savoir-faire à celui des spécialistes digitaux. Ceux-ci seront ensuite chargés d’élaborer l’application StopCovid. Cette dernière, dédiée à la détection des malades, pourrait considérablement faciliter la prise une charge des personnes aujourd’hui contaminées par le Covid-19.



Journaliste spécialiste des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication. Collaborateur permanent du Bulletin des Communes et chef de rubrique.


Laisser un commentaire