Complémentaire Santé : prolongation d’une couverture médicale basique

11205

Complémentaire Santé : un texte adapté au confinement

Une ordonnance gouvernementale, datée du 25 mars, vient de prolonger de trois mois la couverture médicale des bénéficiaires d’une Complémentaire Santé Solidaire ou d’une Aide à la Complémentaire Santé. Ce nouveau texte a pour but d’éviter toute interruption d’une protection de santé pendant le confinement.

Protéger les foyers modestes

Ce nouveau texte officialise un « prolongement des droits sociaux ». En priorité, il s’adresse aux foyers modestes. Principalement, ceux qui bénéficient actuellement de l’Aide Médicale d’Etat et du Revenu de Solidarité Actif (RSA). L’objectif de cette ordonnance est de garantir aux personnes financièrement fragiles une couverture médicale minimale.
Notamment, celles qui peuvent prétendre à l’Acquisition d’une Complémentaire Santé, l’ACS. Celle-ci s’adresse aux citoyens ayant des ressources un peu supérieures au plafond d’attribution de la CMU-C.

Des garanties préservées

Par cette ordonnance, l’exécutif veut permettre aux foyers défavorisés de continuer à profiter d’une couverture médicale basique pendant trois mois. Ainsi, cette décision prolonge les garanties des droits des assurés. Cela, malgré les perturbations causées par l’épidémie de Covid-19. Par conséquent, cette ordonnance permet de respecter les mesures sanitaires appliquées par le Gouvernement. Notamment par le maintien d’une Complémentaire Santé.

La suite logique d’une réforme de santé

Conserver une Complémentaire Santé est un droit important.

Conserver une Complémentaire Santé est un droit important, y compris pendant le confinement.

Ce texte est la prolongation de la réforme du dispositif de Complémentaire Santé Solidaire, mis en place le 1er novembre 2019. Cette évolution était la fusion de l’ACS et de la Couverture Maladie Universelle Complémentaire. Autrement dit, la CMU-C. Ainsi, cette réforme réunissait une aide d’Etat partielle, destinée à couvrir médicalement un particulier, et l’accès gratuit à une Complémentaire Santé. Au total, ces deux systèmes de protection concernaient sept millions de personnes. Dans les deux cas, ils permettaient l’accès à des soins médicaux. Cela gratuitement, ou grâce à une participation financière modeste.

Une ordonnance utile

L’accès à l’ACS et à la Complémentaire Santé Solidaire dépend des ressources personnelles du demandeur. Ce qui nécessite d’établir un dossier préalable. De plus, une fois acquises, ces protections médicales ne durent qu’un an. Elle doivent donc être renouvelées. Or, les démarches nécessaires peuvent devenir complexes durant le confinement actuel. Donc, cette ordonnance a pour objectif de simplifier l’accès à une protection médicale minimale.

Le Bulletin des Communes suggère aussi de lire l’article du Journal du Net :




Laisser un commentaire