La crise sanitaire a fortement fait baisser la commande publique pour les communes.

La baisse de la commande publique en 2020 impacte les communes

19798

En raison de la crise sanitaire, on constate une baisse de la commande publique en 2020. L e plus bas niveau  depuis ces dix dernière années. Par ailleurs, la fin des mandats intercommunaux et municipaux n’a rien arrangé. Heureusement, ces dernières semaines, une lente reprise d’activité s’est amorcée.

Une année sombre

La crise sanitaire a fortement fait baisser la commande publique, au niveau des communes.

La crise sanitaire a fortement fait baisser la commande publique, au niveau des communes.

Alors que l’année 2019 avait totalisé 87 milliards d’euros de commande publique, 2020 n’a plafonné qu’à 71 milliards. Soit, une baisse impressionnante de 18 % en une seule année. Dernièrement, cet affaissement a été validé par le baromètre annuel de l’Assemblée des Communautés de France, l’AdCF. En tête des principaux secteurs impactés, on observe que les communes et leurs groupements ont subi le plus fort recul. Alors qu’elles représentent habituellement plus de 40 % de cette commande. Ensuite, parmi les acteurs les plus touchés, on trouve les établissements publics locaux, à hauteur de 17 %. Suivis par les bailleurs sociaux, pour plus de 8 % d’entre eux.

De leur côté, les intercommunalités à fiscalité propre ont aussi subi une baisse majeure, de plus de 23 %. Viennent ensuite les départements, touchés à 15,5 %. Enfin, les syndicats mixtes intercommunaux ont enregistré une chute de 11 %. Et les régions, d’un peu plus de 5 %. Au milieu de ces mauvaises nouvelles, les bâtiments publics ont néanmoins réussi à préserver 18,5 milliards d’euros de commandes des marchés publics. Ce qui n’est pas si mal.

Baisse de la commande publique en 2020 : Moins d’aménagements urbains

Parmi les secteurs malmenés, en 2020, la filière du Numérique a perdu 15 % de ses commandes. Par conséquent, plus que la Santé sociale, qui n’a baissé que de 12 %. A l’inverse, les aménagements urbains ont subi une perte globale de près de 25 %. Ce qui les a fait passer de 4,3 milliards d’euros à seulement 3,2 milliards. Ainsi, des modernisations de lotissements et d’infrastructures citadines, comme des parkings, n’ont pas pu profiter de la commande publique attendue. Cela, à la fois dans des zones commerciales, artisanales, ou encore industrielles. Enfin, le marché des travaux publics est celui qui a été le plus affecté. Avec un retrait moyen de 25 % des commandes en un an. Et pour certaines communes, un recul de près de la moitié de leurs marchés. Soit, près de sept milliards d’euros. Ces chiffres étant à nouveau validés par l’Assemblée des Communautés de France.

Des signes de redémarrage encourageants

Tant que l’épidémie ne sera pas totalement maîtrisée, il est délicat de prédire la reprise de la commande publique. Néanmoins, un sursaut d’activité a commencé à se faire sentir, au cours du dernier trimestre 2020. En effet, un total de 20 milliards d’euros a fini par irriguer à nouveau ce secteur, après une inertie inquiétante. Cependant, vu les circonstances, il est encore trop tôt pour spéculer sur un véritable retour à la normale.