L'aide aux SDF devient une urgence à cause de l'épidémie de coranavirus.

Aide aux SDF : l’un des manques causés par le coronavirus

11700

Aide aux SDF : un besoin urgent de la crise sanitaire

 

Actuellement, à cause de la crise sanitaire en cours, les publics vulnérables sont plus exposés. Ainsi, l’aide aux SDF est devenue un problème urgent. De fait, les personnes sans domicile fixe se retrouvent très fragilisées, face à l’épidémie de coronavirus. Dans toutes les grandes métropoles, ces populations se retrouvent en grande difficulté.

 

Une situation d’exception à Marseille

Pour information, il y a quatre ans, rien que dans les Bouches-du-Rhône, la Préfecture avait déjà recensé environ 14.000 personnes sans-abris dans les rues de Marseille. Aujourd’hui, la question de leur hébergement se pose de façon encore plus aiguë que d’habitude. En effet, elles ne reçoivent plus aucun don des passants, à cause du confinement. Par ailleurs, de par leur situation, elles restent exposées à la contamination du virus. Parfois, sans savoir qu’elles sont en danger. Ainsi, pour tenter de trouver une solution d’urgence, la mairie de Marseille a pensé réquisitionner des ferrys et des navires de croisière, actuellement à quai. Cela, pour les transformer en lieux d’accueil exceptionnels. Cette aide aux SDF devrait permettre à certains d’éviter de tomber malades et d’être mieux suivis. De plus, cette mesure permettrait d’isoler les personnes déjà contaminés.

Une initiative encouragée

Apporter une aide aux SDF est devenu un sujet essentiel.

Apporter une aide aux SDF est devenu un sujet essentiel, en cette période de crise.

Monseigneur Jean-Michel Di Falco, évêque du diocèse de Gap et d’Embrun, a approuvé cette initiative de la mairie phocéenne. D’ailleurs, ce premier avril, dans le journal La Provence, il a lancé un appel qui encourageait l’aide aux SDF. D’autant plus que l’un des trois bateaux qui est à ce jour à quai, au terminal de croisière, est le Costa Smeralda. Or, c’est l’un des navires les plus grands du monde. Sa surface lui permettrait d’accueillir des centaines de lits, car il comporte de multiples cabines. De plus, les bateaux aujourd’hui inutilisés pourraient aussi servir d’hôpitaux flottants, si nécessaire.

Les sans-papiers : une situation similaire

En ce moment, une autre population précaire rencontre les mêmes difficultés que les SFD : les sans-papiers. En effet, ils se retrouvent également frappés par la crise du coronavirus. De fait, ils ont besoin d’une assistance similaire à l’aide aux SDF. Car, comme eux, le confinement les prive d’un accès normal au système sanitaire et social français. Cette situation d’urgence a conduit François-Michel Lambert, député UDE des Bouches-du-Rhône, à réagir. Ainsi, il a demandé le 30 mars la régularisation temporaire de tous les sans-papiers se trouvant sur le territoire. Cette démarche été soutenue par six autres parlementaires. Pour cela, il s’est appuyé sur l’exemple donné par le Portugal, qui a accepté cette régularisation temporaire le 28 mars. Ainsi, le député s’est adressé à l’exécutif. Il a précisé « Nous demandons solennellement  au gouvernement français de prendre les mêmes mesures que le gouvernement portugais. ». Cela, afin de mettre un terme à une situation véritablement « dramatique ». En 2017, une étude documentée avait déjà estimé que les personnes sans-papiers étaient environ 400.000 sur le territoire national.



Journaliste spécialiste des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication. Collaborateur permanent du Bulletin des Communes et chef de rubrique.