le label slow city

Slow city : un art de vivre

5809

Cittaslow : développement durable et qualité de vie. Le label « Slow city » se développe en France. Il s’agit d’un concept qui prône le retour à un rythme de vie apaisé et raisonné à travers la promotion du développement durable et local.

Cittaslow : un réseau du bien vivre

Cittaslow est un réseau international des villes du bien vivre. Il s’agit d’une communauté de communes qui s’engagent à ralentir le rythme de vie de leurs citoyens. Ce mouvement d’urbanisme novateur s’inscrit dans une démarche de développement durable et de décroissance économique. Ce réseau regroupe 168 villes, essentiellement des villes italiennes mais également quelques villes françaises. Elles acceptent d’adhérer à la charte Cittaslow. Il s’adresse aux communes moyennes de moins de 50 000 habitants. La municipalité doit s’engager à adopter des mesures coercitives qui vont dans le sens d’un urbanisme à visage humain.

Développement durable et qualité de vie

De plus en plus de villes françaises ont choisi de s’inscrire dans la démarche « slow city ».

La charte Cittaslow s’articule autour de 70 recommandations et obligations. Les communes concernées doivent mettre en valeur leur patrimoine urbain historique en évitant la construction de nouveaux bâtiments. Elles s’engagent à réduire leur consommation énergétique et à faire la promotion des technologies écologiques. Il s’agit également de multiplier les espaces verts et les transports en commun ou non polluants. Ces communes doivent exclurent les organismes génétiquement modifiés et multiplier les zones piétonnes. Toutes ces actions s’inscrivent dans une démarche d’éloge de la lenteur : le temps indispensable à la réflexion et à la délibération afin de prendre le temps d’écouter.

Le label Slow city présent en France aussi

De plus en plus de villes françaises ont choisi de s’inscrire dans la démarche du label Slow City. Segonzac en Charente est la première commune à avoir adhéré à cette charte en 2010. Dans le Gers, Mirande est ainsi labellisée depuis 2011. Elle fait désormais partie du réseau français quine réunit que 10 communes qui s’inscrivent dans une démarche de développement durable globale. Mirande a ainsi décidé de moderniser sa station d’épuration avec des bacs à roseaux installés pour assécher et purifier naturellement les boues rejetées sur le site. Elle a installé des panneaux photovoltaïques et a mis en place une solidarité intergénérationnelle avec des logements loués aux personnes âgées et aux familles actives. Enfin la municipalité a décidé de réintroduire et préserver la race locale de vaches mirandaises. Avec toutes ces actions, Mirande a obtenu son label avec 62,76% de critères satisfaisants.

  • Nous vous invitons à lire également notre article sur l’aménagement urbain


Avatar photo

Jean Jacques Alvo, né le 16 mars 1968, est un diplômé renommé de l'Institut d'études politiques de Paris. C'est après un séjour formateur de 2 ans aux États-Unis qu'il choisit d'emprunter le chemin du journalisme. Il fait ses premières armes dans la presse écrite, avant d'occuper une position clé dans le monde du journalisme en 2001. À cette date, il prend les rênes de la rédaction du Bulletin des communes. Sous sa direction, il réoriente la ligne éditoriale du bulletin pour cibler davantage les élus et les citoyens des collectivités locales et territoriales.