DERNIERES INFORMATIONS
Search
parcs eoliens maritimes-projets-soutien-

Parcs éoliens maritimes : maintenus, mais avec un soutien de l’État réduit

818

Parcs éoliens maritimes : acceptés, mais avec une subvention moindre.

Les Parcs éoliens maritimes sont maintenus.

Les Parcs éoliens maritimes sont maintenus.

Le président de la République a déclaré mercredi dernier que le Gouvernement allait réduire de 15 milliards d’euros le soutien public apporté aux six projets prévus, jugés trop coûteux, pour construire des parcs d’éoliennes en mer en région Bretagne.

Des aides maintenues

L’éventualité d’un retrait pur et simple du Gouvernement dans le financement des six parcs éoliens maritimes près des Côtes d’Armor, estimés trop chers, inquiétait beaucoup les élus locaux et les industriels concernés par ces projets. Finalement, le Gouvernement ne s’est pas retiré de ces appels d’offres, mais un nouvel accord trouvé va lui permettre d’économiser 15 milliards d’euros d’argent public. Cette décision d’une participation réduite de l’État a été annoncée il y a quelques jours par Emmanuel Macron lui-même, lors de l’un de ses déplacements à Plévenon, dans le département des Côtes d’Armor.

Participation d’EDF

Parmi les six parcs prévus, qui seront chacun capable de produire une puissance d’environ 500 mégawatts, trois d’entre eux doivent être mis en place par EDF : un au large de la commune de Fécamp, en Seine-Maritime, un autre dans la commune de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, et un dernier à Courseulles-sur-Mer, dans le Calvados. Enfin, deux autres de ces parcs éoliens maritimes seront développés par Engie, respectivement au large du Tréport, en Seine-Maritime, et l’autre près de l’île de Noirmoutier, en Loire-Atlantique. Le dernier, prévu près de Saint-Brieuc, également dans les Côtes-d’Armor, sera confié à la société espagnole Iberdrola. Ces six parcs devront peu à peu être mis en service à partir de l’année 2021.

Une subvention réduite

Face aux industriels et aux élus qui s’étaient déplacés, Emmanuel Macron a déclaré que la dernière négociation avait permis : « […] de diminuer de 40 % la subvention publique », et de racheter l’électricité ainsi produite avec une baisse « de 30 % ». À l’origine, les tarifs qui avaient été initialement accordés, établis en 2012 et en 2014, avaient été évalués entre un tarif de 180 et 230 euros par mégawatt-heure produit. Néanmoins, au cours de ces dernières années, le coût moyen de l’électricité produite par l’éolien implanté en mer a largement baissé, au niveau européen. Pour preuve, il s’est plusieurs fois rapproché des 100 euros du mégawatt-heure fourni. La directrice générale des énergies renouvelables en France d’Engie, Gwenaëlle Huet, s’est réjouie sur Twitter de cette annonce officielle. Selon elle, cette décision va permettre à la France de « […] valoriser son potentiel exceptionnel et accentuer son leadership mondial dans la transition énergétique. »


Le Bulletin des Communes suggère aussi…

 



Né à Blois le 22 novembre 1972, Thierry Dulac est un journaliste français. À tout juste 21 ans, il débute une carrière de journaliste à Londres sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2006 à 2009. On le voit ensuite sur iTélé, ancêtre de CNews, entre 2009 et 2011 date à laquelle il intègre le Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique Environnement.