Roquevaire : l’eau, bien commun de l’humanité est gratuite

1341

Depuis cinq ans, la municipalité de Roquevaire a pris une décision historique : rendre l’eau gratuite pour tous ses administrés.

Depuis le 19 décembre 2011, l’eau est donc considérée comme un « bien commun de l’humanité » et non une marchandise source de profits ; chacun peut donc la consommer gratuitement.

La ville a pu décréter cette gratuité de l’eau du fait qu’elle reste responsable de sa gestion grâce à sa régie municipale créée en 1925 alors que la plupart des villes et agglomérations françaises ont, elles, fait le choix de céder la gestion de leur eau à des entreprises privées. Ainsi, comme la réglementation interdit la gratuité, la commune a décidé de mettre en place un prix symbolique de 1 euro pour 30 m3 d’eau potable, la quantité d’eau jugée vitale pour un foyer. En fait la municipalité met en avant que la ville ne payant pas cette ressource, elle n’a pas à faire de profit sur l’eau. Alors que certains pouvaient craindre un certain gâchis du fait de la gratuité de l’eau, depuis que cette mesure a été mise en place, alors que la population augmente, la consommation d’eau a, elle, baissé.[one_fourth last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][/one_fourth]



Né le 16 mars 1958, Jean Jacques Alvo fait ses études à l'Institut d'études politiques de Paris. C'est au retour d'une année aux Etats-Unis que Jean Jacques Alvo se lance dans le journalisme. Il commence alors dans la presse écrite et c'est en 2001 qu'il prend la direction de la rédaction du Bulletin des communes et réorganise sa ligne éditoriale vers les élus et les citoyens des collectivités locales.