Qualité de l’air : une composante clé de l’environnement

Centre-ville qui subit la pollution

Centre-ville qui subit la pollution

Aujourd’hui, environ 60 % de la population française respire un air pollué. Suivant les saisons, la qualité de cet air est plus ou moins dégradée. Par exemple, en cas de pics de chaleur, ou si le taux d’ozone augmente. Ainsi, les citadins respirent une qualité d’air très variable. Comme elle n’est pas stable, on la mesure régulièrement.

Qualité de l’air : des organismes spécialisés l’analysent

En France, des organismes de surveillance, agréés par le Ministère de l’Environnement, mesurent la pollution de l’air. Ce sont les Associations Agréées pour la Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQUA). Dans le pays, elles sont une quarantaine. Chaque région française en possède au moins une. Pour leurs contrôles, ces Associations utilisent des stations de mesures. Celles-ci peuvent être fixes ou mobiles. Elles bénéficient d’une technologie poussée. De préférence, elles fonctionnent au cœur des grands centres urbains, ou près de sites connus pour générer de la pollution. Par exemple, des sites industriels importants ou des autoroutes. Pour équilibrer leurs calculs, les AASQUA intègrent aussi des mesures faites à la campagne, ou dans des zones périurbaines.

Qualité de l’air : différents polluants analysés

Capteur pour controler la qualite de l'air

Capteur pour controler la qualite de l’air

Les causes de pollution sont variées. Par conséquent, différentes mesures spécifiques existent. Elles concernent divers agents polluants. Les principaux sont les dioxydes de soufre et d’azote, l’ozone, le plomb, le monoxyde de carbone, plus certaines particules considérées comme toxiques. En fonction des composants recherchés, ces mesures impliquent plusieurs technologies. Par exemple, la radiométrie, pour détecter les particules fines. Pour calculer la quantité d’ozone présente dans l’atmosphère, on utilise la photométrie.

Qualité de l’air : des appareils de mesures sophistiqués

Les analyseurs d’air utilisés par les AASQUA sont équipés d’outils informatiques coûteux. De plus, ils sont vérifiés régulièrement. Cet entretien systématique garantit la fiabilité des mesures. Les technologies qui fonctionnent dans ces analyseurs sont les seules à pouvoir fournir des contrôles vraiment précis. Cette précision extrême permet de respecter la réglementation en vigueur, qui encadre le contrôle de la qualité de l’air. Ces analyseurs d’air sont très supérieurs à ceux que les particuliers utilisent à leur domicile.

Qualité de l’air : des mesures ouvertes à tous

Les contrôles réalisés par les AASQUA sont ouverts au public. Suivant leurs résultats, ils entraînent parfois certaines mesures de restriction, ou encore des recommandations à suivre. Par ailleurs, des laboratoires spécialisés, tous accrédités, mesurent la qualité de l’air à l’intérieur des établissements publics. Leur travail concerne notamment les crèches, ainsi que les écoles maternelles et élémentaires. La surveillance qu’ils fournissent est devenue obligatoire depuis le 1er janvier 2018.

Sur ce sujet, le Bulletin des Communes vous invite à lire aussi, pour plus d’informations : Lire

Le Bulletin des Communes suggère également : Lire