potagers-toits

Potagers sur les toits des villes : bénéfiques pour l’environnement

Potagers sur les toits des villes : bénéfiques pour l’environnement

453

Potagers sur les toits : plus productifs grâce au compost.

L’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) a mené à Paris une étude comparative avec deux équipes, qui ont aménagé un potager sur le toit de l’Institut des Sciences du Vivant et de l’Environnement (AgroParisTech).

potagers-toitsAprès avoir cultivé pendant deux années consécutives divers légumes (salades, tomates-cerises) plantés dans deux bacs en bois bénéficiant chacun d’un contenu différent, les chercheurs ont constaté une productivité inégale. Le premier bac était rempli de compost, à base de déchets verts et de sciure de bois. Il a produit une quantité supérieure de légumes par rapport au second, qui lui était rempli d’un terreau provenant du commerce. Aucun de ces deux bacs n’a bénéficié d’un fertilisant ajouté. Concernant leur productivité, ces bacs ont atteint des quantités égales et même supérieures à des cultures réalisées en pleine terre. En conclusion, l’INRA a constaté que ce type de culture citadine menée sur un toit comporte plusieurs avantages. Outre sa simplicité, elle permet de recycler des déchets organiques, de faire pousser des légumes sans utiliser de fertilisant chimique, et de capter 75 % des eaux de pluie, sans que les cultures ne soient contaminées par des métaux lourds.



Journaliste pigiste depuis plus de 15 ans dans la presse écrite et 5 années sur internet et maintenant rédacteur en charge de la rubrique environnement au bulletin des communes.