Une entreprise teste depuis neuf mois à Limoges un tout nouveau revêtement routier à base de porcelaine.

Ce nouveau procédé permettrait de réaliser d’importantes économies d’énergie ; il s’inscrit dans le cadre d’une démarche liée au développement durable. Cette idée insolite est donc testée à Limoges, patrie de la porcelaine. La porcelaine est une céramique fine et translucide qui est produite à partir du kaolin par cuisson à plus de 1 200°. Sa technique de fabrication s’est affinée notamment à Limoges depuis le XIXe siècle. En fait, il s’agit de mettre en place un revêtement à base de porcelaine ; l’objectif étant de refléter la lumière grâce à ces particules de porcelaine. Ce revêtement permettrait ainsi de diminuer l’intensité des lampadaires des éclairages publics ce qui aurait pour conséquence de baisser la facture d’énergie. C’est la différence fondamentale avec les routes solaires qui, elles, produisent leur propre électricité grâce au passage des véhicules. Cette route actuellement testée à Limoges a été conçue à partir d’un revêtement composé de granulats de porcelaine à hauteur de 30%. Selon l’entreprise à l’origine de ce projet, la matière ainsi obtenue permettrait d’obtenir toutes qualités nécessaires de dureté ou de luminosité pour une  utilisation à grande échelle et pour un coût annoncé comme raisonnable. Si ce revêtement routier a de nombreux avantages en matière de sécurité routière et d’économie d’énergie, il a également un avantage en matière de recyclage. En effet, la porcelaine utilisée provient des retours de vaisselle en porcelaine endommagée ou cassée de deux entreprises locales. Ce procédé fait donc également la part belle au recyclage et à la réduction des déchets.