Un maire des Hauts-de-Seine reçoit le prix “macho de l’année”

359

Philippe Pémezec est maire du Plessis-Robinson, dans les Hauts-de-Seine. C’est lui qui a reçu le prix peu envié décerné par les “chiennes de garde”.

C’est une réunion publique de juin dernier à Clamart, dans les Hauts-de-Seine qui a valu sa distinction à l’élu. “Qu’est-ce qu’ils ont tous à se précipiter autour d’elle, tous ces mecs ? Ils sont comme untel à vouloir se faire tailler des pipes par Hidalgo», aurait déclaré le maire du Plessis-Robinson. 

L’événement avait lieu lors de la pose de la première pierre du Grand Paris Express par la maire de Paris le 4 juin dernier. Le maire du Plessis-Robinson avait ironisé sur l’attroupement qui se faisait autour d’elle.

Il nie cependant avoir tenu les propos en question.

Lundi, l’association féministe “Les chiennes de garde” et le magazine Causette lui ont remis le prix.

Dans les heures qui ont suivi la polémique, la maire de Paris avait protesté sur son compte twitter.  « Incapable de croire qu’un élu de la République puisse tomber si bas, j’ai pris la peine de recouper cette information auprès de plusieurs témoins. »

Le maire du Plessis avait rétorqué en y voyant une ficelle politique dans le cadre de l’antagonisme de la Ville de Paris avec plusieurs villes de la métropole.

 

Il y a deux ans, c’était Franck Keller, candidat à Neuilly-sur-Seine, qui avait fait les frais du prix. Il s’était interrogé sur les “atouts utilisés” par Najat Vallaud-Belkacem pour devenir ministre.