Les tatouages peuvent aussi être des interfaces électroniques

1476

Les tatouages, jusqu’alors inventés pour leur seule esthétique, pourraient être utilisés à l’avenir comme outils de communication. C’est une piste qu’explorent depuis peu Microsoft et le Massachusetts of Technology (MIT).

Rendre les tatouages fonctionnels est une idée développée dernièrement par des chercheurs américains. Le fruit de leurs travaux se nomme « DuoSkin ». Celui-ci associe une très fine feuille d’or avec du papier à tatouage recouvert d’un film vinyle. L’ensemble reçoit ensuite une électronique connectée, grâce à des fils très fins intégrés au tatouage. Fabriquer « DuoSkin » est simple et son aspect peut aisément varier, en utilisant la technique du pochoir. Parmi les fonctionnalités accessibles via cette invention, on peut faire piloter à « DuoSkin » le lecteur de musique d’un smartphone, prendre un appel téléphonique, ou s’en servir comme d’un interrupteur ou d’un curseur. Ce tatouage connecté peut également stocker des informations dans une puce intégrée. Ces données deviennent ensuite lisibles quand on les insère dans un terminal adapté.



Né à Paris le 12 Décembre 1981, Pierre Baron est un journaliste français. En 1999, à tout juste 19 ans, il débute une carrière de journaliste à News-York sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2005 à 2010. On le voit ensuite sur iTélé, entre 2011 et 2017 date à laquelle il intègre la rédaction du Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique NTIC.