Les start-up de Paris intéressent plus les investisseurs que celles de Berlin

302

Les start-up de Paris intéressent nettement plus aujourd’hui les investisseurs que celles de Berlin.

En matière de levées de fonds, la suprématie de la capitale allemande a beaucoup baissé, comparativement à des villes comme Paris, Londres ou Stockholm. Par rapport à 2015, année où les entrepreneurs teutons avaient engrangé 2,24 milliards d’euros pour leurs projets, les financements totalisés à Berlin en 2016 n’ont atteint qu’un peu plus de 1 milliard. À l’inverse, en France, alors que les levées de fonds de 2015 totalisaient 1,8 milliard d’euros, ce chiffre est passé à 2 milliards l’année suivante, avec un total de 612 opérations finalisées. Trois sociétés se sont démarquées dans l’Hexagone, à savoir Deezer, Devialet et Salesforce, en recevant chacune un investissement de 100 millions d’euros.



Journaliste spécialiste des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication. Collaborateur permanent du Bulletin des Communes et chef de rubrique.