L’économie numérique : un moyen prometteur d’optimiser le tourisme

0
262
économie-numérique

L’économie numérique : un outil de valorisation.

Alors que les atouts touristiques de la France sont déjà bien connus et solidement ancrés dans l’inconscient collectif des populations de nombreux pays, les outils numériques ont l’avantage de pouvoir valoriser notre destination autrement, en mettant en lumière des arguments différents, susceptibles d’attirer de nouveaux voyageurs.

Certes, nos vins, notre gastronomie raffinée, nos monuments et notre rayonnement culturel sont amplement reconnus. Mais d’autres thématiques, plus ciblées, peuvent également convaincre, en s’adressant à des clientèles spécifiques, jusqu’à présent négligées. S’appliquant à un champs d’action plus vaste, l’économie numérique permet de faire découvrir des lieux typiques, parfois confidentiels, et de partager avec les touristes du monde entier des informations plus ciblées qui ne sont pas souvent diffusées. Cette spécificité permise par l’économie numérique encourage la création de nouvelles opportunités touristiques. Par exemple, l’émergence du tourisme nautique, qui s’appuie sur des locations de bateaux entre particuliers, illustre bien ces possibilités. À Paris, un marché de promenades fluviales sur des bateaux loués pour de courte durée a ainsi pu s’ouvrir, alors qu’il n’existait pas auparavant. L’économie numérique joue aussi un rôle important en terme de fidélisation, par le biais des témoignages laissés par les internautes sur les réseaux sociaux et les blogs. Le pouvoir prescripteur des impressions qu’on laisse sur la Toile représente un véritable levier de promotion numérique, capable de doper la destination française. Quant aux possibilités offertes par l’hébergement participatif, elles permettent à des zones insuffisamment pourvues en capacité hôtelière d’accueillir de nouveaux clients qui auraient peut-être renoncé à venir en Île-de-France. Un phénomène qu’on observe notamment lors de rassemblements importants mais ponctuels. En effet, on estime globalement que 20.000 chambres manqueraient actuellement en région parisienne pour répondre à toutes les demandes.