Les hausses de forfaits télécoms sont à surveiller chez les opérateurs.

Hausses de forfaits : des augmentations obligatoires

7260

Hausses de forfaits : une pratique assumée par Bouygues Telecom

En ce début d’année, certaines pratiques commerciales contestables resurgissent dans le secteur des télécoms. En effet, à l’inverse des soldes, certains opérateurs profitent de cette période pour imposer à leur clientèle des hausses de forfaits, présentées comme indiscutables.

Un simple mail d’explication

Récemment, l’opérateur Bouygues Telecom a envoyé un mail à une partie de ses clients. Ce message leur annonçait que, début mars, les abonnés ayant souscrit un forfait B&YOU 20 Go allaient subir une augmentation de deux euros par mois. Ce, dès le 6 mars 2020. Pour seule explication, cette hausse était « justifiée » par un ajout de 10 Go de données supplémentaires. Problème, ce « service » était présenté comme un fait acquis, excluant tout refus possible. Par conséquent, une éventuelle modification de contrat est ici impossible.

Une pratique volontaire

Interrogé à ce sujet par le magazine Capital, l’opérateur assume totalement cette pratique de hausses de forfaits. Pourtant, elle est douteuse. Pour se justifier, l’opérateur explique juste que « cette hausse concerne des clients ayant souscrit en juin 2017 une offre exceptionnelle, à 1,99 € par mois pendant un an. » Il ajoute qu’elle va passer prochainement à « […] 4,99 € par mois […] ». Sans discussion possible. Autrement dit, c’est juste une formalité. Mais qui engendre un surcoût imposé.

Des tarifs avantageux à géométrie variable

Des hausses de forfaits télécoms sont actuellement présentées comme indiscutables.

Des hausses de forfaits télécoms sont actuellement présentées comme étant indiscutables.

A en croire Bouygues, la hausse qu’il impose se justifie par le fait que certains abonnés ont bénéficié de tarifs « extrêmement avantageux ». Ce, pendant plus de 30 mois. D’ailleurs, pour aller dans le même sens, le forfait B&YOU passera bientôt à 6,99 €. Ce qui, malgré tout, fera encore de lui l’un des abonnement les moins chers du marché. Dans le cas où des clients refuseraient ces hausses de forfaits, ils n’ont qu’une seule alternative : résilier leur contrat, dans un délai de quatre mois. Heureusement, cela n’engendrera pour eux aucune pénalité. Parallèlement, d’autres forfaits ont aussi subi des hausses, présentées comme indiscutables. Notamment le B&YOU 40 Go, qui est passé de 9,99 € mensuels à 11,99 €. Toujours sans laisser le moindre choix à ses abonnés.

Une façon pratique de compenser des investissements

Cette pratique sauvage de hausses de forfaits, brutale mais modérée, pratiquée par les opérateurs télécoms, a déjà été signalée par le mensuel UFC-Que Choisir. De fait, iI s’attend à ce que ce procédé perdure. En effet, ce magazine explique que ces hausses imposées sont un excellent moyen pour les opérateurs d’augmenter « […] leurs revenus sans faire fuir trop de clients. » Ainsi, comme ils sont contraints d’effectuer des investissements lourds dans le futur déploiement de la 5G, ils contraignent à leur tour leurs abonnés. Entre autres, en augmentant périodiquement leurs forfaits, avec des tarifs légèrement rehaussés.



Journaliste spécialiste des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication. Collaborateur permanent du Bulletin des Communes et chef de rubrique.