Maisons-Laffitte : fumier de cheval et bioénergie

971

La ville de Maisons-Laffitte vient de signer un partenariat afin de revalorisation du fumier de cheval.

Maisons-Laffitte accueille depuis longtemps des cavaliers et leurs montures : plus de 1 400 chevaux qui produisent d’immenses quantités de fumier. Jusqu’à présente, ces excréments étaient utilisés pour la production de champignons à Saumur. La municipalité de Maisons-Laffitte souhaite désormais s’inscrire dans une démarche de développement durable ; elle s’est rapprochée du Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne  afin de revaloriser cette ressource locale et la transformer en source d’énergie. Un accord a été conclu pour valoriser 20 000 tonnes de fumier par an en les mélangeant à des boues d’épuration afin d’obtenir, par processus de méthanisation du biogaz. D’après les projections réalisées, la collecte pourrait permettre de produire environ 600 000 mètres cubes de biométhane. Des tests vont être réalisés et s’ils sont concluants, à l’horizon 2020, les premières productions de biogaz devraient permettre d’alimenter une partie de la flotte de véhicules municipaux de Maisons-Laffitte.[one_fourth last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][/one_fourth]



Né le 16 mars 1958, Jean Jacques Alvo fait ses études à l'Institut d'études politiques de Paris. C'est au retour d'une année aux Etats-Unis que Jean Jacques Alvo se lance dans le journalisme. Il commence alors dans la presse écrite et c'est en 2001 qu'il prend la direction de la rédaction du Bulletin des communes et réorganise sa ligne éditoriale vers les élus et les citoyens des collectivités locales.