Fraudes à la carte bancaire : une progression préoccupante

0
250
fraudes-carte bancaire-progression

Fraudes à la carte bancaire : une croissance importante.

Depuis 2010, le nombre des fraudes à la carte bancaire ne cesse de progresser. En 2016, ce type d’escroquerie a plus que doublé. Ce constat est basé sur une étude réalisée en 2017 par une enquête de l’INSEE, intitulée « Cadre de vie et sécurité ». 

fraudes-carte bancaire-progressionD’après cette étude, dès 2016, 1,2 million de foyers avait déjà déclaré au moins un retrait frauduleux sur leurs comptes. Parmi les ménages concernés, une majorité d’entre eux, soit environ 64 %, ont subi une fraude inférieure ou égale à une somme de 300 euros. Les préjudices qui dépassent un montant de 1.000 euros n’atteignent qu’un pourcentage de 13 % des escroqueries.

Dans près de 70 % des cas, soit un peu plus de 834.000 foyers, les victimes ont découvert qu’elles avaient subi des retraits de liquidités ou des achats frauduleux en vérifiant elles-mêmes leurs relevés bancaires. Parmi elles, près de 65 % admettent qu’elles ne savent pas comment les fraudeurs sont parvenus à obtenir les informations donnant accès à leurs comptes.

La méconnaissance qui entoure les modes opératoires utilisés par les fraudeurs inquiète particulièrement les enquêteurs chargés de réprimer ces fraudes.

 L’alerte concernant ces incidents frauduleux peut parfois être donnée par les banques, mais cela se produit seulement dans environ un quart des cas, voire un peu moins.

En large majorité, pour près de 70 % de ces escroqueries, elles concernent des achats d’objets. Pour plus de la moitié d’entre elles, elles sont effectuées sur Internet. La proportion des fraudes réalisées à partir d’un pays étranger est en augmentation. En deux ans, entre 2014 et 2016, elle a progressé de 8 %. L’utilisation directe d’une carte volée chez un commerçant ne représente que 10 % des fraudes enregistrées.

La seule baisse constatée concerne les distributeurs dont l’accès a été piraté. En 2016, ce type de retrait frauduleux était inférieur à 7 %.

L’enquête réalisée par l’INSEE n’a pas pu établir le nombre exact de clients escroqués qui ont pu se faire remboursés. D’un point de vue légal, selon la jurisprudence, une banque peut refuser de rembourser un client si elle parvient à prouver sa négligence au niveau de la conservation de ses données bancaires.