Description du projet

Le Numérique : une question fondamentale pour l’avenir du territoire français.

Le secteur numérique s’étend chaque jour un peu plus, touchant à de nombreux domaines majeurs du quotidien, comme le travail, la santé, l’industrie ou la recherche. Faire le bilan de son impact actuel permet de comprendre et d’entrevoir à quel point il va modifier notre vie de demain.

Les domaines phares des changements apportés par le développement numérique :

– la révolution annoncée du Big Data ;

– l’essor prometteur de la French Tech, sur le plan national et à l’étranger ;

– l’avènement prochain de la ville numérique ;

– les bouleversements attendus, portés par le Très Haut Débit ;

– les services innovants liés aux nouvelles technologies (calcul à haute performance, simulation numérique, réalité augmentée, intelligence artificielle…) ;

– l’importance des Réseaux d’Initiative Stratégique (RIP).

– les nouvelles technologies, essentielles pour la compétitivité française.

Créée par décret le 3 février 2015 au sein du Ministère de l’Economie et des Finances, à la Direction Générale des Entreprises, et auprès du Secrétariat d’Etat du Numérique et de l’Innovation, l’Agence du numérique assure le pilotage et la mise en œuvre des actions du programme « French Tech ».L’Agence du Numérique a pour mission de préparer et d’accompagner, avec ses partenaires publics et privés, l’ensemble de la société française à la révolution numérique. Le programme « French Tech » est l’une des 3 politiques publiques complémentaires qui lui permettront d’atteindre cet objectif, avec le Plan France Très Haut Débit et le Programme Société Numérique.

Une initiative de l’Etat

Convaincu qu’il faut favoriser en France l’émergence de start-up à succès pour générer de la valeur économique et des emplois, le Ministère de l’Economie et des Finances a créé l’Initiative French Tech fin 2013, une action publique qui soutient la croissance des startups françaises (appelées aussi, jeunes pousses innovantes).

La « French Tech » c’est le nom de l’écosystème des startups françaises qui désigne tous ceux qui travaillent dans ou pour les start-up françaises en France ou à l’étranger. Les entrepreneurs en premier lieu, mais aussi les investisseurs, ingénieurs, designers, développeurs, grands groupes, associations, medias, opérateurs publics, instituts de recherche… qui s’engagent pour la croissance des start-up d’une part et leur rayonnement international d’autre part.

La philosophie de l’action publique French Tech ? S’appuyer sur les initiatives des membres de la French Tech, mettre en valeur ce qui existe déjà, et créer un effet boule de neige. C’est une ambition partagée, impulsée par l’Etat mais portée et construite avec tous les acteurs.

La marque collective « La French Tech » mise à leur disposition (dans le respect de sa charte d’utilisation) permet à cet écosystème de s’en emparer et de revendiquer son appartenance à cette dynamique. Plus les acteurs sont mobilisés et rassemblés derrière la marque French Tech, plus le collectif est fort et visible !

Les actions portées par l’action publique French Tech

Fédérer

  1. La marque collective « La French Tech » est mise à disposition de l’écosystème des startups avec pour objectif d’être l’emblème de tous les acteurs français de la scène tech.
  2. 13 Métropoles French Tech en régions et 9 Réseaux Thématiques French Tech en France ont été identifiés, puis ont monté un projet qui a été labellisé, et travaillent toute l’année pour coordonner la croissance des startups de leur territoire.
  3. Le programme French Tech Diversité promeut la diversité sociale dans l’écosystème startups français, en détectant, accompagnant et soutenant les projets de startups les plus prometteurs.

Accélérer

  1. Un fonds d’investissement de 200 millions d’euros, opéré par Bpifrance, cofinance des accélérateurs de start-up privés.
  2. Le programme Pass French Tech mobilise les opérateurs publics nationaux, des opérateurs régionaux et les Métropoles French Tech pour délivrer une offre de services premium aux entreprises en hyper-croissance.
  3. La Bourse French Tech est un financement d’amorçage pour lancer sa startup, opéré par Bpifrance.

Rayonner

  1. Une plateforme d’attractivité, opérée par la Mission French Tech et Business France, promeut la French Tech à l’international en impliquant des entrepreneurs-ambassadeurs dans les grands rendez-vous tech internationaux, et via des campagnes d’influence et de communication.
  2. 22 French Tech Hubs, des écosystèmes d’entrepreneurs français basés à l’étranger, ont été labellisés sur la base d’un projet destiné à faciliter le développement de startups françaises dans l’écosystème en question, et à attirer startups, investisseurs et talents étrangers en France.
  3. Le French Tech Ticket est une offre d’accueil pour les entrepreneurs étrangers en Ile de France et dans les Métropoles French Tech. Le package comprend une procédure accélérée pour l’obtention d’un titre de séjour, un hébergement gratuit dans un incubateur, un prix de 45 000€ pour 1 an et une aide à l’installation.
  4. Le French Tech Visa propose une procédure simplifiée et accélérée d’obtention d’un titre de séjour pour les talents internationaux (mise en place au printemps 2017).

L’initiative French Tech se donne enfin un objectif transversal : renforcer la lisibilité et la cohérence des actions publiques en faveur des startups. Elle ne crée pas de nouvelle organisation ni de nouvel outil public. Elle est portée par l’équipe de la Mission French Tech, au sein de l’Agence du Numérique et donc de la Direction Générale des Entreprises. Elle travaille en lien serré avec ses partenaires fondateurs qui coordonnent leurs actions en faveur des startups : Direction générale du Trésor, Direction Générale des Entreprises, Ministère des Affaires Etrangères, Commissariat Général à l’Investissement, la Caisse des dépôts, Bpifrance et Business France.

Dans son numéro « DÉVELOPPEMENT NUMÉRIQUE DU TERRITOIRE », le Bulletin des Communes donne la parole à des représentants politiques, à des acteurs majeurs du Plan France Très Haut Débit, notamment des cadres dirigeants de la Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Publique (FIRIP), à des experts en nouvelles technologies, et à des créateurs de start-up innovantes.