Les cotisations annuelles de l’assurance auto resteront à des tarifs libres.

Cotisations annuelles de l’assurance auto : des tarifs qui resteront libres

24582

Finalement, après l’étude de diverses demandes de baisse des cotisations annuelles de l’assurance auto ou moto, l’exécutif a choisi de ne rien imposer au assureurs. Cette décision concernera leurs tarifs pour l’année 2021. Une douche froide pour tous ceux qui s’attendaient à une réévaluation des prix des sociétés d’assurances. Par conséquent, il n’y aura aucune ristourne de principe.

Cotisations annuelles de l’assurance auto : un espoir déçu

Après une analyse du Gouvernement, les cotisations annuelles de l’assurance auto resteront à des tarifs libres.

Après une analyse du Gouvernement, les cotisations annuelles de l’assurance auto resteront à des tarifs libres.

Pourtant, ces derniers mois, de nombreuses voix ont réclamé un réajustement. Afin de prendre en compte les importantes économies que les compagnies d’assurances ont réalisées en 2020. En effet, d’après diverses estimations, on peut évaluer que l’année dernière la chute des sinistres routiers a été proche des 20 %. Cette évaluation étant voisine de celle de la Fédération Française de l’Assurance de mars dernier. Cependant, malgré cette réduction conséquente, et des demandes d’élus en faveur d’une réduction automatique des cotisations annuelles de l’assurance auto, aucune baisse systémique n’aura lieu. Ainsi, de nombreux assurés ne pourront pas compter sur un abaissement systématique. Celui-ci se justifiant par le fait que l’ensemble des assureurs a réalisé des bénéfices. Cela, grâce à la réduction des sinistres au cours l’année 2020, en raison des confinements successifs.

Pas de réduction automatique des cotisations annuelles de l’assurance auto

Malgré cette attente, le Gouvernement a considéré que le principe de liberté tarifaire pour les compagnies d’assurances restera inchangé, sans faire d’exception. Désormais, le seul recours des assurés sera donc la possibilité qui leur reste de faire jouer la concurrence. Afin de négocier des tarifs plus avantageux, sous réserve qu’ils respectent les conditions prévues dans leurs contrats. De leur côté, pour justifier leur position, les assureurs ont mis en avant, via leur Fédération, que les coûts des sinistres avaient augmenté. Cela, dans d’autres domaines que le secteur routier. Ainsi, en un an, les accidents corporels auraient progressé de 5,7 % et les sinistres matériels de 3,2 %. Par conséquent, une éventuelle baisse des cotisations annuelles de l’assurance auto restera à l’appréciation libre de chaque assureur.

Une démarche à faire individuellement

En dernier recours, il reste néanmoins une possibilité à un assuré. Celle de démontrer et de prouver que sa voiture ou sa moto a moins roulé. Entre autres, s’il a été contraint au télétravail. En ce cas, le Code des assurances a prévu une clause, « […] en cas de diminution du risque en cours de contrat à une diminution du montant de la prime. » Ainsi, ce sera la condition sine qua non pour demander à son assureur de baisser les cotisations annuelles de l’assurance auto ou moto. En lui demandant de prendre en compte des circonstances exceptionnelles. Afin d’obtenir cette réduction, l’envoi d’un courrier sera impératif. En effet, sans cette démarche personnelle, aucune société d’assurances n’est tenue à ce jour d’accorder ce type de réduction tarifaire.