Les casses ou cimetières de voitures sont des lieux où sont entreposés les véhicules hors d’usage afin qu’ils soient démontés puis broyés.

Les pièces réutilisables de ce casses sont ensuite revendues en tant que pièces détachées d’occasion ; les carcasses sont, elles, généralement vendues à un ferrailleur. Selon la législation française, les casses automobiles sont des installations classées pour la protection de l’environnement. En effet, les casses automobiles sont concernées en tant que lieux de stockage, de dépollution, de démontage, de découpage et de broyage. Les casses automobiles s’inscrivent aujourd’hui directement dans des objectifs de développement durable puisque leur objectif est de recycler les véhicules hors d’usage. Dans la Drôme, la casse GPA de Livron traite 17 000 véhicules par semaine, elle se situe à la première place en France dans ce domaine et voit son chiffre d’affaires augmenter tous les ans. Les employés de cette casse automobile ont comme rôle de dépolluer, démonter, revaloriser ; bref recycler les voitures. Au niveau économique, les casses créent des emplois locaux non délocalisables et à forte valeur ajoutée. La casse GPA de Livron s’est engagée en faveur du développement durable et de la protection de l’environnement.  Dans ce cadre, la casse a le projet de couvrir un futur grand parking où seront stockées les carcasses de voitures avec des ombrières photovoltaïques. Cela protègerait les voitures des eaux de ruissellement qui peut les endommager et cela permettrait de produire de l’énergie. L’énergie photovoltaïque produite par les 5 hectares de panneaux photovoltaïques pourrait couvrir la totalité de la consommation de la ville de Livron et une partie de celle de la commune voisine. L’investissement pour la casse est conséquent : 13 millions d’euros mais GPA compte bien être retenue au titre de projets innovants par la Commission de régulation de l’énergie et bénéficier ainsi d’une subvention de l’Etat.