airbnb-fraude-fiscale

Airbnb accusée d’encourager la dissimulation de revenus

Airbnb accusée d’encourager la dissimulation de revenus

275

Airbnb émet sa propre carte de crédit prépayée.

Le géant de la location participative entre particuliers inciterait-il à frauder le fisc ? Cette question est soulevée depuis que la société américaine a émis une carte de crédit spécifique, qui permet à ses loueurs d’être rémunérés au moyen d’une carte dédiée plutôt que de recevoir un virement classique.

airbnb-fraude-fiscaleDésormais, Airbnb propose à ses loueurs un autre moyen de paiement que le traditionnel virement bancaire : une carte qui est prépayée. Utilisable comme n’importe quelle autre carte de crédit une fois qu’elle a été créditée, celle-ci a deux spécificités : d’abord, elle est émise par Payoneer, une société basée à Gibraltar, un paradis fiscal. Elle n’est donc pas soumise aux obligations d’échanges d’informations bancaires avec la France. Ensuite, l’utilisation de ce moyen de paiement est très nettement encouragée par Airbnb. Cela peut avoir pour conséquence de soustraire aux yeux du fisc l’argent qui transite par cette carte. Ainsi, cette opacité pourrait permettre de soustraire à l’impôt une partie de ses revenus. Contre l’accusation de camouflage de gains financiers, Airbnb France se défend en certifiant qu’elle rappelle à tous ses hébergeurs « […] la nécessité de s’informer des réglementations fiscales applicables et de s’y conformer. » Une parade, imaginée par les députés, pour contrecarrer d’éventuelles dissimulations par l’intermédiaire de cette carte a rapidement été élaborée. Il s’agirait, en France, que toutes les plateformes de locations d’hébergements entre particuliers soient obligées de déclarer elles-mêmes au fisc les sommes qu’elles versent à leurs clients. Cependant, ce procédé, jugé un peu trop radical, n’a toujours pas été voté ni approuvé à ce jour. Certains jugent qu’il risquerait d’entraver le développement du secteur de l’hébergement privé, dont l’encadrement s’est déjà beaucoup renforcé dernièrement. En effet, plusieurs grandes villes, dont la Capitale, pourraient bientôt être contraintes de limiter leur nombre annuel de nuits autorisées à la location.



Journaliste spécialisé dans le E-Tourisme et les nouvelles tendances dans le Voyage. Interviews avec les principaux acteurs du secteur (salons, événementiels) et reportages sur sites.