Encore des efforts à faire.

Selon une récente étude de la SOFRES, réalisée par Internet à la demande de l’association d’aide à domicile ADMR, sur un peu plus de 1.000 personnes interrogées, près de 80 % d’entre elles jugent l’aide des pouvoirs publics apportée aux personnes en situation de handicap insuffisante.

handicap-pouvoirs-publicsCe résultat plus que mitigé indique une perception négative qui perdure, déjà observée l’année dernière lors d’une enquête similaire. Ce ressenti, publié ce 20 septembre, coïncide avec la réunion du premier Comité Interministériel du Handicap (CIH) du quinquennat d’Emmanuel Macron.

Dans leur ensemble, concernant les personnes âgées isolées, les Français sont plus nombreux qu’en 2016 à juger insatisfaisants les efforts entrepris par les pouvoirs publics. Idem pour les personnes âgées qui subissent une perte d’autonomie, que 82 % des sondés, soit 5 % supplémentaires, estiment mal assistées. Cette opinion défavorable s’exprime aussi au sujet des personnes malades (69 % d’avis négatifs), et concernant l’aide apportée aux familles monoparentales (52 % d’opinions négatives). Ainsi, la perception globale qui ressort du baromètre établi par la SOFRES est à 80 % critique vis à vis de l’action des pouvoirs publics. Les Français pensent qu’ils n’aident pas assez les familles lorsqu’elles sont confrontées à une situation difficile, générée par une maladie, une dépendance ou un handicap. Encore plus révélateur, environ 55 % des personnes interrogées affirment qu’elles ne sauraient pas quoi faire ni où s’adresser pour être assistées efficacement si elles se retrouvaient dans une situation défavorable de ce type.

Questionnés sur l’aide qu’ils apportent actuellement à leurs proches, environ deux tiers des Français soutiennent au moins une personne de leur famille, mineure ou ayant atteint l’âge adulte. En général, cette aide est fournie aux enfants ou aux petits-enfants, voire à un autre membre de la famille. Près d’un quart des personnes interrogées révèle qu’il aide régulièrement un adulte faisant partie de ses proches dans des tâches quotidiennes. Cela comprend des gestes de la vie courante, comme faire les courses, effectuer des petits travaux ménagers, préparer des repas ou assister la personne dans des démarches administratives. Parmi les Français qui ont répondu, 23 % disent qu’ils prennent chaque jour des nouvelles d’un de leurs proches adultes pour s’assurer qu’il va bien.