Baisse de fréquentation : des comportements différents. 

Le manque à gagner concernant la consommation touristique dans la région Paris Ile-de-France a été estimé à près de 1,3 milliard d’euros en 2016. Cette évaluation a été faite à partir de dispositifs permanents d’enquêtes réalisées dans les aéroports, les trains et sur les réseaux routiers. Ainsi, le Comité Régional de la région a pu chiffrer l’impact économique important qu’a subi l’industrie touristique dans son secteur. Le Comité a notamment pu observer des différences de comportements en fonction des nationalités étudiées. L’ensemble des clientèles internationales a représenté une baisse de fréquentation globale comprise entre 14 millions et 195 millions d’euros, exception faite des Suisses et des Belges. Au contraire, ces deux nationalités ont montré que leur fréquentation était en hausse, de + 11,5 % pour les premiers, et de plus de 4 % pour les seconds. Par ordre décroissant, les nationalités qui ont freiné le plus leurs arrivées sont les touristes italiens, avec une baisse de 195 millions d’euros, les Japonais, avec moins 162 millions d’euros, et les Chinois, dont les dépenses ont chuté de 129 millions d’euros. Par ailleurs, les études révèlent que Paris a été plus touchée que sa Grande Couronne. À l’intérieur de la capitale, la baisse de la fréquentation touristique a été de près de 10 %, en termes de nuits d’hôtel, alors qu’elle n’a été que de – 4,5 % dans la Grande Couronne, et légèrement plus en Petite Couronne. À l’inverse, le tourisme d’affaires a représenté un secteur en forte progression, puisqu’il a généré à lui seul 31,5 millions de nuits d’hôtel. Ce chiffre constitue un accroissement de 9,4 millions de nuitées, soit une hausse supérieure à celle des années record de 2011 et 2012.