Le décret anti-immigration de Trump rejeté.

Même remanié et allégé, le décret restrictif à l’égard des musulmans décidé par Trump a été rejeté par un juge fédéral. Cette décision est tombée quelques heures avant que ce décret ne soit appliqué. Donald Trump a réagi en qualifiant ce rejet de « décision erronée ». Il a d’ailleurs promis qu’il irait pour défendre son texte jusqu’à la Cour Suprême. Le magistrat à l’origine de ce refus temporaire, Derrick Watson, a considéré que sa position allait empêcher un « préjudice irréparable ». Pour l’étayer, il a précisé qu’il s’était fondé sur certaines déclarations du Président américain. D’après Derrick Watson, ce texte comporte à l’égard des musulmans « des preuves significatives et irréfutables d’animosité religieuse. » La nouvelle mouture de ce « Muslim Ban » concernait 6 pays – l’Iran, la Lybie, la Somalie, le Soudan, la Syrie et le Yémen – dont les ressortissants n’auraient pas pu avoir de visas pendant 90 jours. Cette mesure prévoyait en plus de fermer temporairement les frontières américaines aux réfugiés du monde entier pendant 4 mois.