Aux Antilles, la commune de Gourbeyre vient d’obtenir son classement en « territoire à énergie positive ». Les « territoires à énergie positive pour la croissance verte » sont considérés comme des territoires d’excellence de la transition énergétique et écologique.

Ces collectivités s’engagent à réduire les besoins en énergie des habitants, des constructions, des activités économiques, de loisirs et sportives. Elles proposent donc un programme global pour un nouveau modèle de développement, plus sobre et plus économe. Ce modèle s’appuie sur la réduction de la consommation d’énergie, le développement des énergies renouvelables, la diminution de la pollution, le développement des transports propres, la préservation de la biodiversité, la lutte contre le gaspillage et la réduction des  déchets et le renforcement de l’éducation à l’environnement.  La municipalité de Gourbeyre avait répondu, il y a quelques mois, à un appel à projets lancé aux collectivités qui s’engagent dans des actions concrètes dans la transition énergétique. En effet, Gourbeyre avait souhaité valoriser son territoire et ses richesses tout en s’inscrivant dans une démarche de développement durable. Le dossier a été  déposé par Gourbeyre à la Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement qui l’a instruit avant de le transmettre à Paris. Ce dossier met l’accent sur la préservation de la biodiversité et prend en compte la problématique de réduction de la consommation d’énergie et du développement des énergies renouvelables. La commune de Gourbeyre a donc obtenu ce label « territoire à énergie positive » et va ainsi pouvoir bénéficier de subventions qui vont permettre de réaliser des travaux. Gourbeyre va effectuer les travaux de liaison piétonne entre deux quartiers pour 150 000 euros, va améliorer l’éclairage public pour 32 500 euros, va rénover certains bâtiments communaux pour 150 000 euros, va aider à la production et à la commercialisation du miel montagnard forestier de la commune pour 23 000 euros.