Les start-up de Paris intéressent nettement plus aujourd’hui les investisseurs que celles de Berlin.

En matière de levées de fonds, la suprématie de la capitale allemande a beaucoup baissé, comparativement à des villes comme Paris, Londres ou Stockholm. Par rapport à 2015, année où les entrepreneurs teutons avaient engrangé 2,24 milliards d’euros pour leurs projets, les financements totalisés à Berlin en 2016 n’ont atteint qu’un peu plus de 1 milliard. À l’inverse, en France, alors que les levées de fonds de 2015 totalisaient 1,8 milliard d’euros, ce chiffre est passé à 2 milliards l’année suivante, avec un total de 612 opérations finalisées. Trois sociétés se sont démarquées dans l’Hexagone, à savoir Deezer, Devialet et Salesforce, en recevant chacune un investissement de 100 millions d’euros.