Le Parlement européen a voté hier un cadre juridique en matière de robotique.

Un rapport sur le statut des robots, soutenu par l’eurodéputée luxembourgeoise Mady Delvaux, a été adopté hier par le Parlement européen. Les deux points essentiels de ce texte portaient sur la taxation des robots et le revenu universel. Il aborde notamment la question éthique de la responsabilité de ces machines. Ce rapport propose l’instauration d’une « taxe robot » – idée soutenue par Benoît Hamon-, destinée à financer un revenu universel qui compenserait la perte de travail causée par l’usage des robots. Cette dernière partie du dossier a été rejetée par les députés européens. La Commission européenne va évaluer pendant trois mois le contenu de ces propositions, puis formulera son avis face au Parlement.