La massification est un processus qui consiste à conditionner des plis hétérogènes avant de les remettre à la Poste, en bénéficiant en contrepartie de tarifs d’affranchissements privilégiés. Ces économies peuvent représenter jusqu’a 40 % des frais d’affranchissement d’une PME ou d’une ville. Inventé il y a 40 ans par la société Ditrimag, ce procédé s’adresse à tous les professionnels de l’éditique. La massification est un marché qui continue de se développer. Il représente actuellement 6 milliards de plis par an.

Laurent Bouin, directeur de Ditrimag/JeTimbreMoinsCher.com.

 Monsieur Bouin, votre société est le leader dans le secteur de la massification. Quel est le principe de cette activité ?

« Elle consiste à regrouper des courriers de différentes origines, à les trier et à les déposer à la Poste dans des contenants déjà sélectionnés en fonction de leur destination, en déchargeant ainsi la Poste d’une partie de son travail. Nous avons développé la marque JeTimbreMoinsCher.com afin de proposer ce service à des entreprises qui envoient des volumes significatifs de courrier, notamment des collectivités, des hôpitaux ou des sièges sociaux. »

Peux-t-on chiffrer les bénéfices directs et indirects réalisés grâce au processus de la massification ?

« Lorsque nous massifions de très gros volumes, issus d’ateliers industriels, les économies générées par notre tri varient entre 3 et 5 %. Dans le cas de courrier dit égrené – qui avant était affranchi directement par les sociétés – nous pouvons leur faire réaliser des économies de l’ordre de 40 %, simplement par le regroupement et le tri que nous effectuons. Il faut évidemment déduire de ce bénéfice les frais de collecte du courrier et ceux de notre traitement. »

Pouvez-vous nous donner des exemples concrets ?

« Bien sûr ! Par exemple, la mairie de Poissy – une ville qui compte 36.000 habitants – a pu réaliser grâce à notre action une économie de 2.000 € nets par mois, pour un budget initial mensuel d’environ 10.000 €. Ce qui représente donc près de 20 % d’économie simplement sur les affranchissements. Celle-ci peut être encore supérieure pour des villes qui sont situées plus près de notre site de traitement d’Orly. »

Vos clients sont-ils exclusivement des communes ?

« Non ! Nos clients appartiennent à tous les secteurs : n’importe quelle organisation qui dépense plus de 50.000 € d’affranchissement par an peut avoir intérêt à adopter la massification. C’est pourquoi nous proposons toujours de réaliser une étude avec JeTimbreMoinsCher.com, afin d’évaluer les économies qu’elle pourrait réaliser. »

Aujourd’hui, quelles sont vos perspectives de développement ?

« Nous estimons qu’en France il y a actuellement entre 120 et 130.000 machines à affranchir installées dans les collectivités et les diverses entreprises. Parmi elles, il y en a entre 4 et 5.000 qui affranchissent pour un montant supérieur à 50.000 € par an. Donc, toutes ces organisations sont des clients potentiels pour JeTimbreMoinsCher.com. Une bonne partie d’entre elles est située en région Île-de-France, ce qui constitue la plus large part de notre activité. Cependant, nous sommes tout à fait capables, en fonction de la demande, d’aller chercher du courrier dans des villes comme Lyon, Toulouse ou Marseille. »