François Baroin, président de l’Association des maires de France (AMF), a mis en garde mercredi contre « l’accélération de la dégradation » des finances locales liée à la baisse des dotations de l’Etat.
« Nous sommes la caisse de résonance d’une colère, d’une très grande inquiétude sur le terrain », a-t-il affirmé devant l’Association des journalistes parlementaires (AJP).

« C’est une saignée qui est en train – si ce n’est pour 2016 certainement pour 2017 – de remettre en cause le principe constitutionnel de libre administration des collectivités territoriales », a poursuivi François Baroin (Les Républicains) : « Il faut ouvrir les yeux sur l’accélération de cette dégradation ».

L’AMF, dont le congrès annuel doit se tenir du 16 au 19 novembre à Paris, a organisé le 19 septembre une journée de mobilisation des élus pour dénoncer la baisse des crédits de l’Etat et alerter sur l’effondrement de l’investissement des collectivité locales.

« Ce que nous souhaitons, lors d’une discussion avec l’Etat et le gouvernement, c’est une remise en cause de la loi de programmation des finances publiques », a-t-il poursuivi.

2016 sera « une année dramatique sur le plan de l’investissement », a affirmé le président de l’AMF, selon qui personne ne conteste en revanche la nécessité pour les collectivités « de réduire les dépenses ».
L’AMF, qui regroupe plus de 90% des 36.000 maires toutes tendances confondues, a invité le chef de l’Etat et le Premier ministre à assister à son congrès.